Seulement sur ton tel
pour l'instant


On te pousse à toujours nous avoir près de toi.

Message: L'année derniere on a davantage mis l'ordi en avant, cette machine deplaissante remplie de boutons. Prends ton portable, on veut sortir, avec toi, avec nous, du coup on a décidé que pour une certaine periode nous experimenterons la mise en ligne uniquement sur smart mobile.
Avec toujours autant d'articles, poémes, idées, cette fois directement visibles de votre main, café, parc, metro préferé ou du fin fond de votre couette.
rdv aux buttes, rdv au canal, rdv sous ta couette.



AJOUTE TON EMAIL

À deux doigts du spam!



Tu veux nous parler ?

mauvaiscontact@gmail.com
ou messenger

Lulu Van Trapp, interview vidéo au pays des rêves

Dans un monde fantasmé – il l’est souvent – Mauvais et Lulu pourraient être deux entités amies. Des amis d’école ou d’enfance (parce que les mamans ça rapproche). Mais c’est noyé dans un océan de promos depuis la sortie de « Dormir plus pour rêver plus » que Mauvais reçoit Max & Rebecca. Invitation au lit, bonbon, pyjama et lumière porno : presque rien de sexuel pourtant. Presque.

 

 

Si la street-cred de Lulu n’a pas eu besoin de crash-test c’est que, sur le quatuor, le vieux couple s’est rodé autour d’une précédente formation: La Mouche. Même s’il ne fait pas bon déterrer la boîte poussiéreuse du haut de l’étagère, on n’est rien sans rien. C’est encore nostalgique d’une adolescence rythmée par une vague ska grotesque et enivrante qu’on a tendu l’oreille pour décoder Lulu Van Trapp. Car si les grands enfants se déguisent et enfilent une nouvelle personnalité, quelle est-elle vraiment? Quelle réalité derrière cette esthétique et ce son à la mode? Lulu à quelque chose de plus : mais quoi? Il faudra tenter de percer le mystère.

 

Pour cela, rendez-vous vidéo au pays des rêves, des vices et des doudous.

 

 

Il était une fois Lulu

 

Dans la famille Van Trapp je demande : Max, le plus gentil des super-héros. On raconte que son solo (ou serait-ce son rire?) peut sauver le monde, mais personne n’a pu l’attester. Rebecca, qui se balade entre deux battements de Bon Voyage Organisation ou la Femme, est la prêtresse de l’affaire. Tantôt froide tantôt brûlante, elle oscille entre vibrato Hagenien et phrasé sensuel. Nico joue debout (et bien!) et son duo avec Manuel (Spa Massage) fait tourner la tête des dames.

 

Alors que chez Mauvais on finit par très bien connaître Juliet Casella pour ses clips et ses collages, Kevin Heuzé au son (Tiki Studio) reste dans l’ombre mais n’en démérite pas moins. Ce réseau fidèle et solide s’est construit depuis les premiers jours du Wonder et perdure au delà. Bien entouré, le groupe grandit, dos tourné aux scènes underground où nous, Mauvais public, les avons découvert. Pas question de vanité mais il faut bien percer un jour ou l’autre, alors autant se doter des bonnes cartes. Papa et Maman ont choisi, leur enfant Lulu aura droit au tapis rouge.

 

 

Les devoirs de vacances ont bien été fait, le groupe a évolué depuis leurs premières prestations live où on peinait à prendre la vague. Depuis, on s’est mangé un tsunami à repenser l’affaire. On valide.

 

Attention, ceci n’est pas une critique.

 

 

 

 

 

Mauvais : Si Lulu Van Trapp était une planète comment fonctionnerait-elle ?

 

Lulu :

 

 

 

 

 

 

. . . . . . . . . . . . . . .
Sonotone

Lulu Van Trapp, interview vidéo au pays des rêves

Par Adèle Colonna Cesari

Sep 2018


Dans le même style
Vu sur