Qui sommes-nous ?
Instagram
Facebook
Mail nous

MASSACRE DE LA SAINT-VALENTIN

Le calendrier romain commençant le 1er mars, il était de rigueur du 13 au 15 février de décrasser la société, nettoyer les maisons autant que le corps et les âmes. Comme un proverbe médiéval le promet : la période est celle du sang.

« Saignée du jour Saint-Valentin
Fait le sang net soir et matin,
Et la saignée du jour devant
Garde des fièvres en tout l’an. »

Commençons donc un 14 février dans l’Empire Romain. Ce jour peu anodin puisqu’il correspond au 2ème jour des Lupercales : on y célèbre Faunus, la divinité protectrice des troupeaux, qui représente la fécondité et la promesse de la renaissance du printemps. Pour ce faire, pendant 3 jours et 3 nuits, du 13 au 15 février, c’est teuf à outrance. Les prêtres courent à poil, on égorge des animaux à tour de bras et les festins n’en finissent plus, à tel point que les bacchanales du mois de mars à côté c’est du pipi de chat. Si l’année de la mort de Valentin De Terni fait débat chez les historiens, une seule donnée persiste : le contexte. La Rome antique impériale est en proie à une anarchie militaire, où les coups d’états s’enchaînent et les empereurs se renversent plus rapidement qu’il n’en faut à un fusil pour changer d’épaule.

 

Politique et religion sont donc au cœur du sujet, puisque la Rome de l’Empire fait la guerre aux paganismes et la guerre tout court… C’est là qu’intervient Valentin de Terni. S’il est célèbre comme Saint-Patron des Amoureux depuis sa sanctification par le Pape Gélase Ier (494, belle année), c’est que sa spécialité maritale est vivement interdite par Claude le Gothique, l’empereur de son temps. L’affreux jojo Claude est plutôt réac’ et pas fana de ces mariages qui vont distancer les hommes soldats de l’envie de se battre, et on les comprend. Valentin doit être puni pour ses crimes, c’est la prison qui l’attend. Là-bas, il rencontre la belle Julia, qui en plus d’être la fille de son geôlier, souffre de cécité. Technique de drague et miracle vont bon train : il lui enseigne le monde à travers des descriptions visuelles, et deux trois prières plus tard, il réussit à lui rendre la vue. Il n’en faut pas plus à Claude pour décapiter Valentin et donner à l’Histoire une bonne fête commerciale pour mieux dépenser des thunes avec Madame.

 

 

 

Mais c’est loin d’être tout. Si l’explication antique fera sourire ton crush en gueule de bois le 15 février ou ton date foireux du 14, le drama ne s’arrête pas à l’âge médiéval. Le futur réserve plus de tragédie à ce jour déjà pas très fun.

 

 

 

 

 

Le 14 février dans l’histoire :

 

  • 1130 : Élection du pape Innocent III et de l’anti Pape Anaclet II.

 

  • En 1349, la peste bubonique se diffuse sans précédent en Europe et tue 1/4 de la population. En parallèle, on estime la mort de 2000 juifs brûlés vifs, à Strasbourg, par les chrétiens de la ville. Cet évènement, appelé plus tard Pogrom des Juifs de Strasbourg ou Massacre de la Saint-Valentin, est un supplice long de 6 jours qui prend place dans un contexte de crise politique et sociétale. Des mouvements similaires de déchaînements contre la communauté juive vont se perpétuer en chaîne dans les villes frontalières, comme à Erfurt en Allemagne, qui subit son propre massacre.

 

 

  •  1540 : Charles Quint, l’empereur du Saint Empire germanique (aka big boss badass de l’Europe) entre à Gand et exécute les chefs d’un soulèvement contre lui.

 

  • 1927 : Au Portugal, 270 personnes sont tuées et plus de mille autres blessées au cours de la répression d’un soulèvement populaire.

 

  • 1929 : Massacre de la Saint-Valentin. Ni juif ni Valentin pour cette date, puisqu’il s’agit d’un règlement de compte entre la mafia de Chicago, incarnée par le personnage de Al Capone, et son adversaire, Bugs Moran dit « Le Branque » pour le South Side. Cette mafia, tantôt à dominante italienne, tantôt irlandaise, enchaîne les représailles après des tentatives d’assassinats plus ou moins fructueuses pendant toute la période de la Prohibition. Ce 14 février-ci, Al Capone est sur le coup. Le piège tendu et machiné par « La Sulfateuse » (Jack McGurn) et consiste à liquider totalement les membres du South Side. Déguisés en policiers, les hommes de main d’Al Capone font irruption et les prennent par surprise. Les lieutenants de Bugs Moran sont abattus dans le dos alors que Branque, arrivé une heure plus tard, échappe à la mort de justesse.

 

 

Bodies from the St. Valentine’s Day Massacre in Chicago in February 1929. Credit Chicago History Museum

 

Au sein de l’équipe de Bugs Moran, ce sont des hommes plus ou moins ordinaires que le crime a rapproché : un ancien opticien, un teinturier, un père de famille nombreuse, le mécanicien et le chef comptable de la bande. Deux seuls survivants : le berger allemand de John Clay, et Frank Gusenberg qui est retrouvé vivant par la vraie police ; il avait tout de même même 14 coups de feu lui transperçant le corps. Il décède de ses blessures trois heures plus tard.

 

Sinon :

 

  • 1952 : La police tire sur la foule lors d’une grève des travailleurs de Guadeloupe. Ils revendiquaient des meilleurs conditions de travail et des rémunérations égales à celles des Français. Bilan : 4 morts et 14 blessés.

 

  •  1968 : « Journée des matraques ». Durant l’affaire opposant le directeur de la Cinémathèque française Henri Langlois et André Malraux alors ministre de la culture, des heurts violents de la part des CRS sont ressentis chez les manifestants cinéphiles présents.

 

« Trois mille personnes se dirigent vers la Cinémathèque. Les flics chargent. On soigne Truffaut sous un porche, puis Tavernier le visage en sang. Godard donne le signal de la dispersion. J’y étais, un peu déçu… Malraux, ministre des Affaires culturelles de De Gaulle, engueulera le préfet de police pour ne pas avoir su tenir ses hommes. » (- Jean Marc B. pour Médiapart)

 

 

  •  1981 : Un incendie dans une discothèque de Dublin en Irlande fait 48 morts et 120 blessés…

 

  • 1986 : Première implantation d’un cœur artificiel.

 

  • 1989 : Le régime iranien appelle au meurtre de Salman Rushdie, auteur du roman « Les Versets sataniques », qu’il juge sacrilège. Il reçoit, la même année et pour le même livre, le prix britannique « Whitebread ».

 

  • 1992 : Israël est condamné devant la Commission des droits de l’Homme des Nations Unies pour sa politique dans les territoires qu’elle occupe.

 

  • 2001 : Près de Tel Aviv, le chauffeur palestinien d’un autobus fonce sur des militaires et des civils, causant la mort de 8 d’entre eux.

 

  • 2002 : Le ministre afghan de l’aviation, Abdul Rahman, est lynché à mort à l’aéroport de Kaboul par des pèlerins furieux du retard de leurs avions et de l’exacte ponctualité de celui du ministre. (Morale : Mauvais jour pour tester la patience et l’inégalité des foules, Abdul.)
  • 2002  : Naissance du premier chat cloné ‘Copy Cat‘…

 

  • 2003 : Mort de la brebis Dolly, premier animal cloné de l’histoire. Elle était née en 1987.

 

 

 

 

  • 2011 : Au Bahreïn, c’est le « Jour de Rage », dans la continuité des soulèvements qui secouent le monde arabe. 55 manifestations ont lieu dans 25 endroits différents. La police est extrêmement violente dans de nombreux cas, ce qui provoquera la mort de Ali Abdulhadi Mushaima, touché par un coup de fusil à pompe. Il avait 21 ans.

 

  • 2017 : À Athènes, des affrontements entre nazis et antifascistes ont lieu à l’intérieur du Palais de Justice à l’occasion du procès de plusieurs membres d’Aube Dorée (notamment pour le meurtre du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas -aka Killah P-).

 

  • 2015 : Fusillade devant une synagogue à Copenhague, lors d’une conférence en hommage aux victimes des attentats de Charlie Hebdo.

 

 

 

  • 2019 : Mauvais Magazine et Fauchage Collectif font jouer Mary Bell, Princess Napalm et Magon au Klub à Paris. Garanti négativement – 1000 % anti love + positivement 700 % massacre!

Culte.

 

 

 

 

À voir aussi
Vu sur

NEWSLETTER COOL

NOS EVENTS ET NOS ARTICLES ICI