Qui sommes-nous ?
Instagram
Facebook
Mail nous

RÊVES #1

Cette catégorie est libre. Libre d’expression, d’écriture, d’imagination et de création puisque MauvaisMagazine se veut l’heureux réceptacle de vos rêves et de leur illustration. Dans ce premier essai, nous collaborons avec des Mauvais rêveurs qui nous livrent les morceaux de leur subconscient nocturne, sous la forme de leur choix – mot, texte court, poème, Odyssée – alors interprété par une artiste graphique volontaire. Cette semaine c’est une prêtresse de la gravure qui inaugure cette catégorie de collaboration mystique : Eva Dias. Gloire aux rêveurs !

Tu veux participer ? Mode d’emploi à la fin de l’article ! 

 

 

RÊVE YAOURT

 

Gravure par Eva Dias Michon

 

 

Un pot de yaourt qui s’ennuyait dans un frigo, apercevait une statuette touristique d’une pyramide ainsi
qu’une carte postale de l’Égypte quand la porte de sa maison froide s’ouvrait.
Un jour, avant que le frigo ne se referme, il sauta sur le plan de travail, sur une chaise, puis prit un skate,
sortit dans la ville, puis prit le premier vole pour l’Égypte.
Sur place, il trouva facilement un guide, et très vite se tint devant une pyramide.
C’était grandiose, il était tout existé.
Cependant les explications du guide le barbaient sévère et il était un peu impatient.
Il s’éclipsa et se rendit seul à l’intérieur de la pyramide.
En entrant, il tourna sa tête de nombreuse fois et les dessins des statuts changèrent en même temps le sens
de leur profil sur le mur.
Puis les sarcophages des momies firent de même. Il y eut beaucoup de mouvement d’un coup.
Une voix lui venait du ventre. De sa voix la plus grave, il prononça ce mot : « paaaaage » et une brèche
s’ouvrit dans le mur. C’était dingue et rouge

 

Alice Grolleron

 

 

TOITSVILLEINFINIE

 

 

 

des toits à l’infini comme une banderole il ya un air pur mais pas froid une rangée de parasols, une ville suspendue ? non je sais pas trop ça l’air d’être une enfilade et ça va très vite j e – m o i ? j e – q u e l q u ’ u n jesaispassic’estmoi mais un truc qui à mon point de vue on court très vite, je cours toujours tellement vite dans mes rêves – j’y penserais plus tard ok suite – “je” passe dans des fenêtres et c’est antique et ça tourne ya des escaliers et des murs couleurs écaille non corail saumon mais pas un saumon moche un beau saumon et des bordures un peu musée mais sans tableaux architecture seulement et je vais si vite j’ai les poumons au bord de l’extase mais quelque chose me suit maintenant il y a urgence? un truc me suit me colle très proche alors faut redoubler d’expertise en vitesse, et les fenêtres s’accélèrent sur “ma” droite j’ai
peur de louper en glissant la prochaine sortie. Mais ya un bord. Étonnant je penserais pas que y’aurais un bord mais il y en a comme la pointe d’une île et il y a la mer et ça sent pas la mer bref je traverse la vitre qui donne dessus et je tombe dans l’eau mais c’est pas de l’eau ça va autre part jump cut de ce que je me souviens je suis moi de nouveau enfin j’ai l’impression que c’est moi parce que j’ai ma bague et je touche un visage qui m’est pas familier.

 

Maureen Beguin

 

AMOUR À LA MORT

 

 

 

Amour à la mort
Les proxénètes guettent
L’avenue nue
Les drames frivoles
Grelottent
Des hommes à l’affût
À travers des fenêtres
D’éther ternes
Reluquent ce spectacle
Maudit soient-ils
Des voix raisonnent
Écho
Co-existant, bien vivant
Les glaces lassent
Les visages sans âges
À travers l’aube
L’ode
Disloque mon esprit
Ricane
Toi, vieil âne
Sans âme
Les larmes
Sortent au contact de la lame
Acte sans conséquence
Glacé comme un éloge
Le cœur œuvre
Se déconcerte
Acerbe situation
Alchimie de l’amour
Tu nuis à la liberté
La nuit

La révolte agit comme un électrochoc
Récolte la douce brise
L’onde boréale
Persécute mon regard
À coup d’uppercut
Hagard
J’oublie le lendemain
Deux mains
Applaudissent
Se glissent dans ce spectacle

Obstacle
À la vue du loup
Livide débâcle
(Soupire)
L’usure virtuelle
Se tue, se fait la belle
Pirouette
Autre grâce
Le bonheur se change
(Apparition de l’ange)
Pâleur
Hanté par la peur
Je cède sans aide
La divine blonde
Teint neige
Égérie
De
La
Beauté
Ôté, ôté
Et je ris
D’ivresse
Est ce un bon signe?

 

Yohann Dufour

 

 

 

 

 

Nous avons partagé sur nos réseaux un “appel aux rêves” et nous nous sommes retrouvés débordés de vos récits. Nous ne corrigeons rien, tout est à l’état brut. Une illustratrice de talent nous a transmis des œuvres inspirées des rêves. Si toi aussi tu veux devenir un rédacteur éphémère de ton subconscient, à l’écritcomme pour le dessin, tu n’as qu’à nous envoyer un mail sur mauvaiscontact@gmail.com.

 

Cauchemar bienvenu !


Art

RÊVES #1

Par Eva

Oct 2020


À voir aussi
Vu sur

NEWSLETTER COOL

NOS EVENTS ET NOS ARTICLES ICI