MACRON® PRÉSIDENT, LE TRIOMPHE DU SYSTÈME

Par , le 7 mai 2017.

Bon, apparemment l’ennemi à dater d’aujourd’hui, c’est Emmanuel Macron®. Le moins pire. Mais l’ennemi tout de même.
– L’abstention est record. Au moins 5% de plus qu’au premier tour, sans doute la plus forte de la Vème République. Avec le FN comme candidature repoussoir pour mobiliser, on peut décemment affirmer que Macron® en est le principal responsable. A vrai dire, il a fait une campagne de 2nd tour dès le premier tour – qui consistait à simplement affirmer qu’il n’était pas Marine Le Pen. La moitié de ses électeurs l’ont choisi non pas par conviction mais parce qu’il était présenté par les médias de masse comme le « rempart » le mieux placé pour vaincre le Front National. On voit qu’il n’en était rien.
– Plus d’un votant sur trois aura voté Front National, face à Macron®. Car il y a dans tout un secteur de la population une fort légitime détestation du jeune banquier, et l’idée de fermer les yeux sur son opposante pourvu de lui faire barrage semble s’être étendue au-delà de l’électorat initial de MLP. Là encore, ce n’est pas à la campagne calamiteuse, irrationnelle et pouet pouet du Front National que l’on doit pareil score. C’est à l’arrogance de la posture et au naufrage de la politique d’Emmanuel Macron® lui-même.
– Le vainqueur par défaut devient donc chef de l’une des plus puissantes armées du monde et, pourvu d’avoir une majorité à l’Assemblée autour de son PROJEEEEET, pourra faire passer rapidement et en dehors de tout contrôle démocratique des mesures dont la majorité des français ne veulent pas. Cette méthode du flingue sur la tempe (on casse le code du travail ou sinon vous aurez les hordes fascistes) n’est pas le propre de notre situation présente. Il est l’essence même de la Vème République. Ce qui se joue aujourd’hui valide donc l’analyse de celles et ceux qui ont pointé les institutions comme (au moins) corresponsables de cette alternative calamiteuse.
– Par la nature même de son parcours, de son projet et des soutiens qu’il engrange, Emmanuel Macron® incarne cet « UMPS » que le FN dénonce depuis si longtemps, cet hydre néolibéral dont les deux têtes font semblant de se chamailler pendant que ses griffes font de concert le même boulot. Si au vu de ses dernières semaines calamiteuses on peut espérer que le FN n’en tire pas un bénéfice politique immédiat, sur le long terme l’identité politique même de Macron® est un cadeau fait au Front National.
– Depuis des mois déjà, tous les grands mandarins et médias de masse saturent l’espace public pour nous expliquer que l’alternative se joue entre Thatcher et Poutine. Depuis plus longtemps, d’autres forces essaient de travailler pour tracer d’autres horizons. Ces forces sont constamment tancées, mises au pilori, victimes d’amalgames et d’invectives délirantes lorsqu’elles ne sont pas simplement invisibilisées. Résultat : le duel tant attendu, celui grâce auquel les kikis mollassons de messieurs Hollande, Attali, Arnault et Joffrin entament une héroïque demi-molle héroïque, celui entre « le fascisme » et « le cercle de la raison » a lieu, et – parce que nous savons que le fascisme est le premier ennemi de la vie humaine – nous avons néanmoins fait triompher, PAR DEFAUT, le banquier. Ces gens là se sentent les mains libres, et cette élection peut à ce titre être vue comme l’éclatante victoire du système.
– Les forces écologistes, antiracistes, féministes, socialistes, communistes, libertaires, sont sommées de se rendre à l’agenda électoral. A juste titre, étant donnés les enjeux. L’un des résultats en est un Mélenchon à 20%. Candidature qui n’est pas dépourvue d’ambiguïtés (pour rester soft). Fermer les yeux sur le délire colonialiste, viriliste, islamophobe et écologiquement insuffisant d’un candidat même pas capable de mettre son leadership au service de l’enfoncement prioritaire du Front National – pour ne pas s’aliéner celles et ceux dont il estime qu’ils ont raison de voter FN – ce n’est pas, loin s’en faut, une victoire politique. Je ne parle pas de consigne de vote. C’est une bonne chose de ne pas y recourir. Je parle de leadership dans l’espace public. Désormais, il est temps de faire sans Jean-Luc Mélenchon, produit périmé de l’offre politique.
– Pour critiquable que soit l’élection présidentielle, elle aura le mérite de faire prendre conscience à chacun de la dimension politique de nos existences. Vu ce qui nous attend avec le winner Emmanuel Macron®, ce mouvement doit être maintenu, amplifié pour enfin déborder le plus largement possible du carcan électoral. Demain 14h il y a une grande manif à Répu contre les projets mortifères du nouveau président. A la même heure (bien tristement) sur le parvis de l’Hôtel de Ville, un autre rassemblement commémorera les massacres de Sétif et Guelma le 8 mai 1945 dont l’armée française s’est rendue coupable le jour même de la chute du nazisme. Il s’agit de demander la reconnaissance officielle de cette infamie.
Les occasions ne manqueront pas de faire de nos vies des grenades contre l’ordre établi. Ne l’oublions pas. Restons dégoupillés. Je vous aime, mes amis.

MACRON® PRÉSIDENT, LE TRIOMPHE DU SYSTÈME Par , le 7 mai 2017, dans Sonotone.
En voir plus du même auteur : syd




NEWS: V2 DU SITE DANS UN MOIS (mi-JANVIER)
BIENTOT UN AN SUR MAUVAIS