Elodie Milan, photographe niçoise

Par , le 18 mars 2017.

 

Du haut de ses 21 ans et son mètre 62, Elodie Milan est une photographe Nicoise dont l’esthétisme des photos ont attiré mon attention. J’ai eu envie d’en savoir plus.

J’arrive chez elle après avoir gravi ses quatre étages sans ascenseur. Elle m’offre un verre d’eau de bienvenue. Merci.

 

 

© Benjamin Huynh

 

Parle-nous de ce que tu fais actuellement et de tes projets futurs ?

 

En ce moment, je vis sur Nice et travaille la semaine pour mettre des sous de côté, je profite de la vie niçoise avec mes amis et ses habitants… En septembre, je veux faire une école d’art à Toulouse afin de toucher à tout, pas seulement la photo, et pour ensuite pouvoir tout lier: peinture, écriture, sculpture, installations, performances etc..

Je ressens le besoin de changer de ville, de mon quotidien à Nice. Grandir et acquérir une certaine maturité qui, je l’espère, se sentira dans mon travail.

 

(L’idéal serait de devenir artiste photographe. Ce serait génial de faire des collaborations avec d’autres artistes.)

 

 

 

 

Qu’est ce qui t’inspires visuellement parlant ?

 

Le cinéma, les photographes comme Hadar Pitchon. Je retrouve un réalisme rare dans ses photos, elles sont impressionnantes. Ren Hang dont j’aime beaucoup le travail, Henri Cartier-Bresson aussi, c’est un des meilleurs pour moi.

Les photos de mes parents quand ils étaient jeunes m’inspirent énormément. 3 ou 4 fois par an, je me pose dans la chambre de ma mère pour regarder et trier toutes leurs photos, regarder les cadrages etc…  J’essaie de faire ressortir ce que je ressens en les regardant dans mes propres photos. Depuis petite je m’en inspire, la photographie m’est venue naturellement, peut-être que c’est de famille -rires-

Ce qui m’inspire ce sont les styles et personnalités différentes, ils ont chacun leur truc. On s’entends super bien.

 

 

 

Si tu étais un film ?

 

Si j’étais un film ? J’ai pas encore entendu parler d’un film qui mélange The Neon Démon, Her, Into The Wild et LOVE, mais en tout cas il me correspondrait plutôt bien.

 

 

Qu’est-ce que tu essaies de transmettre à travers ton Art ?

 

Ce que je fais, c’est pas que pour toucher, c’est d’abord pour moi, pour m’exprimer. J’ai envie de le faire, je dois le faire, sinon je suis pas bien. Après si je touche les gens, c’est secondaire. Si je le fais c’est parce que j’en ai besoin. En ce moment je fais des portraits plutôt simples de mes amis proches, le calque est le même pour tous, seul leur style varie. (Série photos « La belle bande »).  Je pense au futur « moi », et je serai contente quand je verrai ces gens-là. J’espère que quand je regarderai leur photo, je me souviendrai d’eux par leur traits, leur mise en scène. Les photos ont un rapport au passé, mais là ça aurait plus un rapport avec le futur.

 

 

 

 

Quelle est la part d’imprévu dans tes shootings, et qu’est-ce que tu reçois de tes modèles ?

 

Ça a beau être des portraits posés, j’étudie d’abord les modèles que je choisis, dans le sens où je les observe beaucoup. C’est pour ça que c’est important que je connaisse la personne. Il faut que j’arrive à montrer qui est cette personne en un portrait. Je choisis les photos par rapport à une expression, une pose qu’il fait souvent, un tic… Généralement pour les premières photos, je laisse la personne libre et en prétextant des tests de lumière, j’observe comment il se comporte. Après on voit selon les poses si ça marche, plutôt instinctivement ou pas. C’est des portraits mais il y a malgré tout une part d’improvisation, d’imprévu. C’est un réel échange et chaque personne m’apporte quelque chose, tu sors toujours différent de chaque shooting.

 

Une question que tu aurais aimé que je te pose ?

 

J’ai rien à ajouter, par contre moi j’ai une question pour toi : Est-ce que tu accepterais que je te prennes en photo ?

 

Voilà le joli résultat :

 

 

 

 

https://ello.co/elodiemilan3

Instagram 

 

 

 

  • Par Oriane Robaldo
Elodie Milan, photographe niçoise Par , le 18 mars 2017, dans Sonotone.
En voir plus du même auteur : mauvais




NEWS: V2 DU SITE DANS UN MOIS (mi-JANVIER)
BIENTOT UN AN SUR MAUVAIS